Appui aux PME- La BRVM ouvre un compartiment dédié, déjà 12 inscrits, les conditions

Photo : Appui aux PME- La BRVM ouvre un compartiment dédié, déjà 12 inscrits, les conditions

Faire des PME championnes de la transformation structurelle de l’économie africaine, voici l’objectif assigné à l’ouverture du 3è compartiment dédié aux PME par la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) qui a eu lieu ce mardi 19 décembre, à Abidjan, siège de la BRVM.Plus de 80% des entreprises de la sous-région sont des PME qui malheureusement, pour des raisons structurelles n’influent en rien sur la croissance économique du fait de faiblesses endogènes. Pour y remédier, la BRVM a décidé de voler à leur secours par l’ouverture d’un compartiment dédié.



Déjà, douze PME de la Côte d’Ivoire, du Bénin, du Togo, du Burkina Faso, du Mali ont envoyé leurs dossiers et marqué un intérêt pour leur prise en mains par les spécialistes de la BRVM. Pour être éligible à l’entrée en bourse et à la levée de fonds, il faut avoir pour l’heure un capital d’au moins 100 millions FCFA. Mais, Edoh Kossi Amenounvé, le Directeur Général de la BRVM rassure : « les discussions se poursuivent avec les autorités financières régionales pour une possibilité de révision du capital ».



« C’est un critère contraignant mais pas de nature à compromettre l’avenir du compartiment » a-t-il rassuré.« Les douze PME pressenties n’ont pas encore démarré le processus d’admission, c’est juste une étape de déclaration d’intention » de bénéficier de l’accompagnement de la BRVM.« Sans accompagnement, beaucoup de PME ne peuvent venir sur le compartiment » a précisé Edoh Kossi Amenounvé qui a fait le bilan des 21 ans d’existence de son institution, relevant que « ce 3è compartiment était déjà très attendu par la communauté financière régionale. »



« A compter de ce jour, une nouvelle page s’ouvre pour la BRVM qui franchit un nouveau cap. Il revient désormais aux PME de mobiliser des ressources à long terme, levier de la transformation de notre sous-région » a-t-il indiqué.Le président du conseil d’administration de la BRVM, Pierre Atépa Goudiaby a estimé que « le lancement du troisième compartiment de la BRVM pour les PME et les entreprises à fort potentiel de croissance constitue une matérialisation indéniable de l’engagement de la BRVM à apporter une contribution significative au problème de financement des économies de notre union. » Il a surtout annoncé le projet « diaspora bond » pour inciter cette diaspora sous-régionale à contribuer au financement de l’économie et à la création d’emploi à travers les PME. « Il s’agit de nous organiser pour que l’épargne locale permette le financement de l’exploitation minière » a-t-il annoncé.



Il a reconnu « beaucoup de récriminations à l’encontre de nos PME », mais, dira-t-il, « il nous appartient de les accompagner. La seule volonté ne suffit pas, ce n’est pas non plus un chèque en blanc, les contraintes vont être salutaires », établissant les règles de la « transparence » a-t-il assuré.Mamadou Diaby, président du conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers (CREPMF) a encouragé le secteur privé régional à « s’intéresser davantage au marché financier comme instrument privilégié de financement à long terme. » Il a rappelé que le marché financier dans l’espace UEMOA « a enregistré un accroissement de l’ordre de 6% pour s’afficher à environ 6113 milliards FCFA qui ont servi à financer des secteurs stratégiques tels que l’énergie, les télécommunications, les infrastructures. »



« La mobilisation de capitaux longs qu’offre le marché financier aux PME leur permettra de renforcer leur notoriété, d’améliorer leur gouvernance et leur image et d’asseoir leur crédibilité auprès de leurs financiers, de leurs partenaires ainsi que leurs clients » a indiqué Mamadou Diaby.



Source : Pôle Afrique

Commentaires