Obligations de relance : 1.803 milliards de FCFA déjà levés par les Etats de l’Uemoa

Photo : Obligations de relance : 1.803 milliards de FCFA déjà levés par les Etats de l’Uemoa

Lancé sur le marché financier de l’Umoa au premier trimestre de l’année 2021 par l’agence UMOA-Titres en collaboration avec la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO), le programme d’émissions d’obligations de relance a déjà permis aux Etats de la région de lever, à fin juin, un montant global de 1.802,93 milliards de FCFA, selon les données officielles.



Ce montant mobilisé en trois mois et demi est une hausse d’environ 14% par rapport au volume prévisionnel de 1.591 milliards de FCFA, avec un taux de couverture global de 345% des montants mis en adjudications. Ceci « illustre bien l’engouement des investisseurs pour les titres publics des émetteurs de l’Union et leur engagement à contribuer à la dynamique des efforts de relance économique des États de la zone UEMOA », indique l’agence Umoa-Titres dans une note publiée le 16 juillet 2021.



 De manière plus détaillée, explique-t-on, 536,63 milliards de FCFA (30%) ont été mobilisés sur la maturité 3 ans, 448,04 milliards de FCFA sur 5 ans (25%), 516,63 milliards de FCFA sur 7 ans (29%), 290,33 milliards de FCFA sur une maturité 10 ans (16%) et 11,3 milliards de FCFA sur une maturité 12 ans (1%).



En termes de volume mobilisé par émetteur, précise UMOA-Titres, la Côte d’Ivoire, le Burkina et le Mali, représentent respectivement 435,95 milliards de FCFA, 318,16 milliards de FCFA et 265,80 milliards de FCFA. Le Togo et le Niger viennent respectivement en quatrième et cinquième position pour avoir mobilisé 265,50 et 186,72 milliards de FCFA, tandis que le Sénégal et le Bénin se positionnent à la sixième et septième place avec 137,21 milliards de FCFA et 132 milliards de FCFA levés. La Guinée-Bissau quant à elle, est dernier 61,6 milliards  mobilisé.



A noter que sur l’année 2021, les 8 Etats membres de l’Uemoa pourront émettre 3.768 milliards d’OdR éligibles au refinancement auprès de la BCEAO, au niveau de ses guichets classiques, et auprès d’un guichet spécial dit de la Relance.



Source : FINANCIAL AFRIK

Commentaires